Ligue 1 : Marseille accroché par Montpellier

Marseille
Tenu en échec à Montpellier (1-1), Marseille a reculé à la quatrième place de la Ligue 1, devancé à la différence de buts par Lyon et Monaco.

Avec un soupçon de mauvaise foi, c’en est à regretter que Montpellier ne fasse pas la Ligue des champions : l’équipe héraultaise a encore profondément enquiquiné une top team de la Ligue 1, ce dimanche, se montrant fidèle à sa réputation d’équipe sachant faire déjouer les plus gros.

Après avoir tenu en échec le PSG (0-0), Monaco (1-1) et Lyon (0-0), les joueurs de Michel Der Zakarian ont en effet remis ça face à Marseille (1-1). Quatre matches face aux quatre premiers du Championnat, aucune défaite, personne ne dit mieux.

Comme leurs rivaux pour l’Europe, les joueurs de Rudi Garcia ont donc, eux aussi, buté sur le mur montpelliérain, au 5-3-2 parfaitement huilé pour contrarier les plus grosses cylindrées. Dauphins du PSG avant l’entame de la 16e journée de L1, les voilà désormais 4es, à égalité de points mais avec une moins bonne différence de but (+ 13) que Lyon (+ 22) et Monaco (+ 21).

Pourtant, même s’ils n’ont pas gagné, les Marseillais sauront, sans doute, se contenter de ce nul. Menés au score à la demi-heure de jeu, les Olympiens ont égalisé sur un penalty litigieux obtenu juste avant la mi-temps.

Et si Germain, toujours à la recherche de son premier but cette saison en L1, aurait pu trouver la faille sans un superbe arrêt de Lecomte (71e), ils ne se sont pas créé d’autres occasions alors que Montpellier s’est vu ensuite refuser un but de Camara pour un hors-jeu de Hilton, qui faisait action de jeu.

Une décision qui a rendu fou furieux Michel Der Zakarian, l’entraîneur montpelliérain, expulsé dans le temps additionnel. Qu’importe pour l’OM, dont la prochaine échéance va être essentielle pour la suite de sa saison : le club olympien va jouer son avenir européen, jeudi, en recevant le RB Salzbourg en Ligue Europa.

Le fait : le penalty accordé à l’OM

A la mi-temps de la rencontre, la question animait les plateaux télé et les réseaux sociaux : pour quelle raison Frank Schneider avait-il accordé un penalty à Marseille juste avant la pause, alors que Montpellier menait 1-0 ? Est-ce parce que la frappe de Morgan Sanson avait été contrée par le bras gauche de Hilton, même si le membre était collé au corps du défenseur brésilien et que le geste était totalement involontaire ?

La réponse est intervenue au retour des vestiaires : l’arbitre avait, en fait, décidé de sanctionner un accrochage de Mukiele sur le milieu marseillais au moment de la frappe. Une décision qui a eu un impact considérable sur l’issue de match. En transformant la sentence, Florian Thauvin a permis à son équipe, alors en grandes difficultés pour mettre hors de position la défense héraultaise, d’obtenir le point du nul.

Le match des extrêmes : Sio, buteur malchanceux

Giovanni Sio est passé par plusieurs états face à Marseille. L’attaquant a tout d’abord pu laisser éclater sa joie avant la demi-heure de jeu. Sur un centre de Roussillon dévié par le dos de Sakai, l’international ivoirien a vu le ballon lui revenir dessus et, d’une superbe volée de gauche, a trompé Mandanda, à la main pas bien ferme sur le coup. Tout allait alors pour le mieux pour l’ancien Rennais. Mais quelques minutes plus tard, le sourire laissait sa place à la grimace. Sio était touché à la cuisse et devait laisser sa place à la pause à l’inoxydable Souleymane Camara.

Lequipe

Annuaire Best-Fr - Sports - Football

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*