CAN 2019, deuxième journée : La Gambie solide face à l’Algérie (1-1)

Gambie-Algerie

L’Algérie n’a pu faire mieux qu’un match nul en Gambie (1-1) lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN, au cours d’un match qui a failli être annulé pour des raisons de sécurité. Les Fennecs de Djamel Belmadi ont fait preuve de solidarité et de solidité, à défaut d’être intéressants dans le jeu.

Djamel Belmadi se souviendra longtemps de son baptême du feu en tant que sélectionneur de l’Algérie. S’il possède l’expérience spécifique des matches en Afrique grâce à son statut d’ancien international, il n’avait sûrement pas encore vécu ce que les Fennecs ont subi samedi en Gambie lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019. Pêle-mêle : un retard d’une heure et demi sur l’horaire initialement programmé pour le coup d’envoi du match, une rencontre jouée sous tension autour d’un public chaud et très proche du terrain et une pelouse indigne d’un match international.

Brahimi et Ghezzal invisibles

La CAF avait décidé de retarder le coup d’envoi du match pour raisons de sécurité : le stade de Bakau affichait un trop plein de supporters dans les gradins et les abords de la pelouse. Les Fennecs auraient même menacé de ne pas disputer la rencontre avant de changer d’avis.

Tout cela a sans doute rendu nerveux les joueurs algériens qui ont récolté trois cartons jaunes en première mi-temps. Mais le nouveau sélectionneur ne va pas cracher sur ce point pris à l’extérieur, même si son équipe peut avoir des regrets après ouvert le score dès le retour des vestiaires par Baghdad Bounedjah (47e). Les Fennecs n’ont pu profiter de leur avantage que pendant deux minutes avant de voir Assane Ceesay remettre les compteurs à zéro. Ce début de deuxième période a été la partie la plus intéressante d’un match ennuyeux, qui a vu la Gambie jouer sur son point fort, l’engagement physique, et l’Algérie être incapable de poser un jeu digne de son statut et de ses talents.

Mahrez a eu la meilleure occasion de la première période sur un bel enchaînement crochet-frappe enroulée (20e), Brahimi, capitaine, a été très peu vu, Ghezzal également.


Malgré tout, ce match nul est un moindre mal pour les hommes de Djamel Belmadi dans le contexte où ils ont évolué. Le prochain match à domicile dans un mois face au Bénin apportera sans doute plus de réponse aux supporters algériens sur la patte Belmadi.

La mauvaise série continue pour les deux équipes : la Gambie n’a plus gagné un match officiel depuis juin 2013 et l’Algérie ne s’est plus imposée à l’extérieur depuis juin 2016.

rfi