« Didier Drogba aurait dû gagner 4 Ballons d’or » (agent)

Didier Drogba, l’ancien capitaine des Eléphants, aurait dû gagner quatre Ballons d’or au lieu des deux qui lui ont été officiellement décernés, a indiqué à l’APS son agent, Thierno Seydi.

L’ancien attaquant de Chelsea (élite anglaise) qui a annoncé jeudi sa retraite à 40 ans, avait perdu les deux trophées « pour des raisons politiques ».

En 2008, Drogba avait été désigné Ballon d’or, dit-il, soulignant que la cérémonie devait se tenir à Lomé (Togo), à 48h du quart de finale de la CAN devant opposer la Côte d’Ivoire au Mali.


« La CAF et la Fédération ivoirienne n’avaient pas trouvé un consensus et (Didier) Drogba n’a pas pu faire le déplacement », a rappelé Seydi, soutenant c’était au plus fort de la crise qui avait opposé Jacques Anouma et Issa Hayatou, respectivement président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) et de la Confédération africaine de football (CAF).

« Finalement, la CAF a remis le Ballon d’or à celui qui était arrivé 2-ème, le Malien Frédéric Kanouté à la surprise générale », selon l’agent de joueur.

Il a ensuite évoqué le Ballon d’or 2012 remis à l’ivoirien Yaya Touré alors que Didier Drogba venait de remporter la Ligue des champions avec Chelsea, la seule compétition qui manquait à son palmarès.

« Je peux vous assurer que l’ambiance dans la salle était devenue subitement lourde et glaciale quand le nom du lauréat avait été prononcé », a rappelé l’agent qui a couvé la carrière du footballeur ivoirien de ses débuts au Mans à la fin au Phœnix Rising en D2 américaine.

Meilleurs footballeur africain en 2006 et 2007, Drogba a remporté quatre titres de champion d’Angleterre (2005, 2006, 2010 et 2015) et une Ligue des champions en 2012 entre autres trophées remportés dans sa carrière de footballeur.

En Afrique, il n’a jamais réussi à remporter la CAN malgré deux finales en 2006 et en 2012.

Mais en dépit de ces frustrations, il a toujours été lucide et personne ne l’a entendu flétrir les dirigeants et a toujours joué sa partition pour défendre le football africain, a dit Thierno Seydi.

Très proche de l’attaquant camerounais, Samuel Eto’o, ils ont accepté parfois de jouer le jeu pour faire mousser les compétitions et donner du grain à moudre aux journalistes, a-t-il dit, indiquant que ces deux footballeurs ont joué un grand rôle dans la reconnaissance du football africain et des footballeurs du continent à travers le monde.