Le PSG humilie Monaco (7-1) et s’offre le titre de champion de Ligue 1

PSG
Attendu depuis plusieurs semaines, le titre de champion de France du PSG est désormais officiel. Paris n’a eu aucune pitié pour Monaco, son dauphin, humilié 7-1 au Parc des Princes. Lo Celso et Di Maria ont inscrit un doublé.

4-0 en 28 minutes ! Pour officialiser un septième titre de champion de France, le PSG a fait le spectacle sous les yeux de ses supporters. Alors qu’on pouvait espérer que Monaco résiste davantage que lors de la récente finale de la Coupe de la Ligue (3-0), il n’en a rien été. Après un premier quart d’heure d’observation, Paris régalait avec une superbe ouverture du score de Giovani Lo Celso (1-0, 14e). L’Argentin était à la conclusion d’un mouvement collectif de toute beauté avec Daniel Alves et Edinson Cavani. À l’origine de l’action, le milieu de terrain entrait dans la surface de réparation et était parfaitement trouvé par le Brésilien. Le festival débutait. Au-dessus d’un Djibril Sidibé dépassé et spectateur, Edinson Cavani trompait Danijel Subasic d’une tête suite à un centre de Yuri Berchiche (2-0, 17e). Le même Edinson Cavani envoyait Angel Di Maria dans la profondeur qui concluait d’un subtil lob (3-0, 20e). Comme si cela ne suffisait pas, Giovani Lo Celso y allait de son doublé, servi par un caviar exceptionnel de Javier Pastore de l’extérieur du pied droit (4-0, 28e). Un café, l’addition.

Monaco a eu le mérite de ne pas abdiquer

Avec ce début de rencontre complètement vendangé, Leonardo Jardim, qui avait choisi la défense à cinq (système qui lui avait permis de gagner au Parc il y a deux ans), n’abdiquait pas. Petit à petit, Monaco sortait enfin, conscient qu’il n’avait plus rien à craindre, si ce n’est une sérieuse valise… qu’il n’aura pas réussi à éviter. Un visage plus offensif qui a rapidement payé avec la réduction du score de Rony Lopes (4-1, 38e). Après avoir débordé Yuri Berchiche, Almamy Touré trouvait le Portugais, oublié par Daniel Alves. L’occasion pour l’ancien Lillois de poursuivre sa superbe série : le voilà avec au moins un but marqué lors des huit dernières journées ! Le numéro 20 aurait même pu doubler la mise juste avant la mi-temps, mais sa tête s’envolait (45e). Toujours concerné, l’ASM poursuivait ses efforts et il fallait un grand Alphonse Areola pour s’interposer une nouvelle fois face à Rony Lopes après une offrande, et une erreur, de Javier Pastore (50e). Mais le cinquième but signé Angel Di Maria (5-1, 58e) mettait un terme définitif aux maigres espoirs de retour des hommes du Rocher. Un Angel Di Maria idéalement servi par Javier Pastore. Derrière, c’était une nouvelle fois le déluge : le pauvre Radamel Falcao marquait contre son camp suite à un corner (6-1, 76e). Julien Draxler ajoutait un dernier but après avoir vu le cuir traverser toute la surface (7-1, 86e). Avec quatre points d’avance sur Lyon, 3e, Monaco doit désormais s’assurer de sa deuxième place. Le programme jusqu’au mois de mai : Guingamp, Amiens, Caen, Saint-Étienne et Troyes.

Paris officialise son septième titre de champion

1986, 1994, 2013, 2014, 2015, 2016 et donc 2018 : avec ce large succès sur son dauphin, le Paris Saint-Germain est désormais assuré de remporter le septième titre de champion de France de son histoire. Un titre qui lui était promis depuis des semaines. Cette gifle face à Monaco n’aura finalement été que l’illustration d’une domination sans partage depuis le mois d’août dernier (Paris a remporté 28 matches en 33 sorties).

Après une prestation bien terne, avec plusieurs éléments complètement à côté de la plaque la semaine passée à Saint-Étienne (1-1), Paris s’est bien rattrapé chez lui. Le début de match a évidemment bien aidé pour ensuite gérer son avance et se faire plaisir sur certaines séquences comme sur cette « madjer » d’Angel Di Maria sur le poteau (60e) ou ce retourné acrobatique de Daniel Alves (73e). Mais c’est l’ensemble du collectif parisien qui a globalement rendu une copie propre devant Monaco. À l’image de Javier Pastore, qui avait beaucoup de choses à se faire pardonner. El Flaco a été double passeur décisif. Soirée idéale donc pour officialiser un nouveau doublé sur la scène nationale. Paris vise désormais le triplé avec la Coupe de France. Avec une demi-finale sur la pelouse de Caen mercredi prochain.

FF

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*