Premier League: Arsenal bat Tottenham au terme d’un match fou

Arsenal-Tottenham
Dingue ! Il n’y a pas d’autre mot pour décrire le derby entre Arsenal et Tottenham, que les Gunners ont remporté ce dimanche (4-2). Les hommes d’Unai Emery ont démarré pied au plancher avant de se faire renverser, puis ont repris l’avantage en seconde période, s’emparant de la 4e place au détriment des Spurs.

Arsenal terrasse l’ennemi Tottenham et retrouve le Big Four

L’après-midi était chaud à Londres. Au terme d’un derby enlevé et tendu, Arsenal a logiquement battu le rival de Tottenham. La composition d’Unai Emery laissait présager une équipe active en contre, avec les flèches Iwobi et Mkhitaryan alignées d’entrée, quand Lacazette était laissé sur le banc. La 1ère minute confirmait cette idée, avec une récupération dans l’entrejeu et un contre rapide mené par Mkhitaryan et achevé par une tête, au-dessus, d’Aubameyang. Par la suite, les Gunners ont pris le contrôle de la rencontre, et Tottenham a eu du mal à voir le jour. La sanction intervenait rapidement, quand Vertonghen volleyait de la main le ballon dans sa surface devant Mustafi, entraînant un penalty converti par Aubameyang (1-0, 10e). S’en suivait une déferlante dans le camp des Spurs mais, comme souvent, les Gunners manquaient de réalisme. Et, comme souvent encore, Arsenal en subissait les conséquences. Coup sur coup, Dier de la tête (1-1, 31e) puis Kane sur penalty (1-2, 34e) renversaient le score, contre le cours du jeu, et à chaque fois du fait d’une grossière erreur défensive.

On est habitué à voir Arsenal sombrer dans une situation similaire, surtout face à un grand d’Angleterre. Mais cette équipe-là a changé, et Unai Emery a fait ce qu’il fallait pour la remettre dans le droit chemin (voir ci-dessous). Moins dominateurs mais plus dangereux sur leurs offensives, les Gunners revenaient grâce à une belle frappe soudaine d’Aubameyang, encore lui (2-2, 56e). Si les locaux se faisaient une dernière frayeur avec une frappe de Son repoussée par Leno (68e), la fin de rencontre était à sens unique et récompensait les efforts fournis. Sur une récupération haute de Ramsey, Lacazette partait redonner l’avantage aux siens (3-2, 75e), juste avant que l’excellent Torreira ne termine le travail (4-2, 77e). Les tensions, présentes pendant 90 minutes avec quelques échauffourées entre les joueurs, s’illustraient par l’exclusion de Vertonghen pour un deuxième jaune après une faute sur Lacazette (85e). En battant enfin un concurrent direct, Arsenal grimpe au 4e rang de Premier League, juste devant… Tottenham. La passe d’armes n’est pas finie.

Unai Emery a bien réagi

Arsenal dominateur, mais Arsenal mené à la pause. Unai Emery n’a pas gambergé, et a changé ses plans. Exit Mkhitaryan et Iwobi, Lacazette et Ramsey sont entrés… et ont changé le match. Le Français a inscrit le but du 3-2, libérateur pour les Gunners, sur une récupération et passe décisive du Gallois. Une action récompensant la bonne période des deux hommes. L’ancien Lyonnais était même à l’origine de l’exclusion de Vertonghen. On appelle cela un coaching gagnant.

Eric Dier, il ne suffit pas de marquer…

Il aurait pu être un des acteurs du hold up de Tottenham, après avoir égalisé d’une belle tête devant Sokratis. Mais Eric Dier a vécu une seconde période compliquée, et s’est littéralement fait dévorer sur les deux derniers buts d’Arsenal. Sur celui du 3-2, l’international anglais ne montait pas assez vite sur Lacazette et déviait la frappe du Français, assez pour qu’elle soit hors de portée de Leno, mais pas assez pour qu’elle finisse hors cadre. Sur le dernier but, Dier se faisait mystifier par la passe d’Aubameyang pour Torreira. Un but ne suffit pas à tout effacer.