Steven Pienaar met un terme à sa carrière professionnelle

Steven Pienaar
Pro depuis l’âge de 17 ans, le milieu offensif sud-africain, Steven Pienaar, met aujourd’hui un terme à sa carrière professionnelle après un long périple en Europe, principalement en Angleterre.

De sa difficile jeunesse passée à Westbury, très hostile banlieue de Johannesburg, à ses exploits répétés sous les maillots de l’Ajax, de Dortmund, d’Everton et de l’Afrique du Sud, Steven Pienaar aura connu une carrière de joueur pleine d’émotions. Il y a quelques heures, « Schillo », -son surnom, référence à l’Italien Salvatore Schillaci- a annoncé qu’il mettait un terme à sa vie de footballeur, débutée en 1999 à l’âge de 17 ans. La fin d’une belle histoire.

Lancé dans le foot pro sud-africain à l’Ajax Cape Town, Pienaar a très vite rejoint le grand Ajax Amsterdam aux côtés d’un certain Zlatan Ibrahimovic, où il a passé cinq saisons avant de rejoindre le Borussia Dortmund. Hormis un court passage à Tottenham, c’est à Everton qu’il a vécu ses meilleurs moments pros, pendant neuf ans (2008-16), avant de boucler la boucle à Sunderland (2016-17). Cette saison, après 17 ans d’exil, « Schillo » avait décidé de terminer sa carrière chez lui, en Afrique du Sud, dans les rangs du Bidvest Wits, tout juste sacré champion. Mais Pienaar ne s’est jamais fait à son nouvel environnement, pas plus à son coach, Gavin Hunt, qu’aux horaires d’entraînement matinaux ni aux heures passées dans les bouchons pour rejoindre le club.

Au total, il n’aura porté le maillot de Wits qu’à quelques reprises avant de décider brutalement de sa fin de carrière, six mois après son arrivée. A bientôt 36 ans, Pienaar fait valoir une soixantaine de capes avec les Bafana Bafana dont il fut aussi le capitaine. Nous l’avions rencontré en mai 2009 à Liverpool, alors qu’il en terminait avec sa deuxième saison pour Everton, et c’est un jeune homme jovial et très pro qui nous avait répondu. Il avait disputé la Coupe des Confédérations 2009 chez lui, puis le Mondial 2010, toujours dans son pays, avec une motivation décuplée par le fait de jouer devant son public.

C’est une nouvelle page de l’histoire du football sud-africain qui se tourne avec sa retraite. Celle d’un joueur réputé exemplaire, frustré par une fin de carrière où il n’aura été que trop peu aligné par son coach, alors qu’il souhaitait terminer sur une note positive. «J’aurais aimé finir autrement plutôt que de dépenser toute mon énergie assis dans la voiture. Lentement, ma faim de match s’est éloignée. J’aurais aimé jouer plus mais le coach a fait ses choix. Je ne suis jamais allé réclamer quoi que ce soit». Gentleman Pienaar ne devrait pas quitter totalement le « business » du football sud-africain, pour peu qu’un club ou un média fasse appel à lui prochainement…

Avec France Foot