William Gomis, ex-footballeur espoir de Saint-Étienne tué par balles

William Gomis

Jeune défenseur de la réserve de l’ASSE jusqu’à la saison dernière, William Gomis (19 ans) est décédé des suites d’une blessure par balle lors d’un règlement de comptes à La Seyne-sur-Mer. Il y a quelques semaines, l’un de ses frères était décédé dans les mêmes circonstances.

Les faits se sont produits dans la nuit de dimanche au lundi, à hauteur d’une résidence de la cité Berthe à La Seyne-sur-Mer, raconte Var matin. Un homme âgé de 20 ans a été tué par balles et un adolescent de 14 ans, originaire de l’Europe de l’Est, blessé dans la fusillade, est décédé dans un hôpital toulonnais des suites de ses blessures.

«Les auteurs des faits sont en fuite, des douilles d’armes de calibres différents ont été retrouvées sur place. La PJ de Toulon a été saisie de l’enquête», précise le quotidien régional. Rappelant qu’en un an, six personnes – quatre à La Seyne et deux à Toulon – sont décédées par armes à feu dans les zones de sécurité prioritaires (ZSP) de l’agglomération toulonnaise.

Un de ses frères avait déjà été tué dans un précédent règlement de comptes.

Le blog Poteaux Carrés, qui rend compte de l’actualité des Verts, a ensuite révélé que la victime âgée de 19 ans était un réserviste de l’ASSE, William Gomis. Arrivé à Saint-Étienne, il y a cinq ans, le jeune défenseur avait joué 17 matches (10 en tant que titulaire) la saison dernière en National 3. Il a prté à plusieurs reprises le brassard de capitaine. Un tragique décès confirmé par Le Progrès. Qui révèle que la saison dernière, William Gomis n’avait «pas donné suite à la proposition du club qui l’aurait volontairement conservé parmi ses joueurs amateurs. Il n’a plus donné de nouvelles depuis l’intersaison.

Le joueur était originaire de la Seyne-sur-Mer, du quartier où il a été tué. Les policiers auraient retrouvé 24 douilles sur place et les tueurs auraient utilisé une kalachnikov. Un de ses frères avait déjà été tué dans un précédent règlement de comptes.

Son ex-club de Saint-Étienne n’a pas encore communiqué sur ce drame.

Le Figaro